Infos COVID
25° 27°
Weather
Favoris 0
3053_d6f8df10d9d3f8d2b3f353788af4d0ca1d8050c2

PALAIS DE JUSTICE DE MARIGOT

Site et monument historiques

Le 12 septembre 1928, un cyclone violent frappe la Guadeloupe de plein fouet. La Grande-Terre et Pointe-à-Pître sont complètement détruits. Les cases en bois et maisons de ville construite au 19ème siècle n’ont pas résisté. En 20 heures, l’ouragan aura fait plus de 300 victimes dans la ville, 1500 sur toute la Guadeloupe. Rapidement, les produits de première nécessité et la nourriture importée se font rares et la population rurale afflue à « la Pointe » (Pointe-à-Pître) à la recherche d’un emploi, de nourriture et d’un abri. La nouvelle de la catastrophe est parvenue en France et l’aide alimentaire est débarquée sur les quais de la ville. Tout est à reconstruire. Les festivités du tricentenaire de la colonisation de la Guadeloupe par les français sont prévues en 1935 et le temps presse. La Guadeloupe est alors sous l’autorité du Gouverneur Tellier, autrefois rattaché au ministère des colonies.
Fin décembre 1928, Tellier rencontre Ali Tür à Paris. Les deux hommes se connaissent et Ali Tür a intégré la liste des dix architectes du ministère des colonies depuis 1925. Ali Tür est le fils d’un fonctionnaire français d’origine cévenole, sa mère est alsacienne. Il est né en Tunisie en 1889. Il suit des études à l’école des Beaux-Arts de Paris et subit l’influence d’Auguste Perret, mais pendant la première guerre mondiale, dès le 5 septembre 1914, il est envoyé au front pendant 4 ans. A 30 ans, il termine ses études et ouvre une agence d’architecture à Paris. Il travaille notamment à la reconstruction de logements après la guerre et reçoit plusieurs prix pour ses œuvres architecturales (Prix Destor, Prix de la décoration de la fondation Rougevin). Le Gouverneur Tellier lui propose alors de participer à la reconstruction de la Guadeloupe. Ali Tür débarque en Guadeloupe le 22 mars 1929. Il est tout d’abord mandaté pour reconstruire les bâtiments administratifs de Basse-Terre, chef-lieu de la colonie.
A Saint Martin, Louis Constant Fleming a été élu maire en 1928, année précise du passage du cyclone dévastateur en Guadeloupe. L.C. Fleming fit appel à Ali Tür qui dessina les plans du palais de justice de Marigot. Les façades du bâtiment sont assez proches de leur aspect d’origine, malgré quelques modifications au niveau des volets en bois du premier étage et quelques extensions en arrière du bâtiment. L’entrée principale du palais de justice ressemble étonnamment à celle de la mairie de Pointe Noire, en Guadeloupe. La façade présente trois portes larges et hautes encadrées de colonnes en béton armé, recouvertes de petits carrelages. Ces colonnes soutiennent une galerie située au 1er étage, débordant en auvent et protégeant la façade du soleil. La toiture est plate et la balustrade du premier étage consiste en de simples poteaux cylindriques en ciment. Sur le fronton, les mots « Palais de Justice » en lettres majuscules sont moulés en ciment et incrustés. Les carrelages typiques des années 30 ornent le hall d’accueil du rez-de-chaussée et de la salle d’audience. Les volumes des pièces sont grands et les hautes portes en bois ont été modernisées par remplacement des anciennes jalousies en bois par des vitres.

Infos
  • Point d’intérêt visible sans visite
  • Thème(s) et catégorie(s) : Petit patrimoine
  • PALAIS JUSTICE

Autres renseignements utiles

Découvrez à proximité de
PALAIS DE JUSTICE DE MARIGOT