Une frontière symbolique

Le partage de l’île entre deux nations

Après l'abandon de l'île par les Espagnols en 1648, les familles françaises et hollandaises qui s'étaient installées dans les montagnes pour cultiver le manioc et le tabac demandèrent à leurs gouvernements respectifs d'en prendre possession.

Les Hollandais arrivèrent les premiers de Saint-Eustache et tentèrent d'empêcher le débarquement des Français. Le Chevalier Longvillier de Poincy, gouverneur de Saint-Christophe, organisa alors une arrivée en force, avec une troupe constituée de 300 hommes. Les deux nations conclurent un traité de coopération, le 23 mars 1648, sur le Mont des Accords, partageant l'île en deux parties. La légende raconte que les limites de la frontière furent décidées après une course entre deux coureurs de chaque nation. Le hollandais ayant ingurgité de grandes quantités de gin la veille de la course et le français n’ayant pas toujours suivi la côte, préférant couper à travers champs,

Le Nord faisant face à l’ile d’Anguilla, représentant les deux tiers de l'île, est revenu aux Français, le Sud, aux Hollandais.

L'obélisque de la frontière

Le traité de 1648 permettant la libre circulation des biens et des personnes entre les deux parties de l'île est toujours en vigueur et le passage de la très symbolique frontière est seulement indiqué par les drapeaux nationaux et un obélisque édifié en 1948, lors de la commémoration des 300 ans de cohabitation pacifique des deux nations,. Sur la route, des panneaux de bienvenue vous signaleront que vous venez de franchir la frontière. 

  Incontournables
Partager